#MAINTENANT

#Maintenant

L’industrie du piano est en crise et les effets se font ressentir partout. Le constat est clair: Le pays manque de techniciens de pianos. Nous devons donner un second souffle à la profession en mettant sur pied un programme scolaire d’apprentissage. La reconnaissance du problème représenterait déjà la moitié de la solution.

Unissez votre voix à celle d’Alain Lefèvre, Gilles Vigneault, Gregory Charles, Oliver Jones et de nombreuses autres personnalités publiques. Aujourd’hui, rejoignez le mouvement et encouragez le retour d’un écosystème sain du piano!


Lettre à l’honorable Jean-François Roberge
Ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Monsieur le Ministre,

Par la présente, nous aimerions solliciter une rencontre avec vous afin de vous faire part d’une problématique majeure touchant l’industrie du piano. Effectivement, nous dressons le constat du manque sévère de techniciens de pianos adéquatement formés sur des pianos haut de gamme et ce, à travers tout le pays. Force est de constater que l’âge moyen de nos accordeurs de pianos est vieillissant et nous motive à réfléchir aux solutions nous permettant de changer les choses et donner un nouveau souffle à la profession.

Notre entreprise, Pianos Esmonde White, travaille sans relâche depuis plus de 25 ans afin de valoriser la profession de technicien de pianos haut de gamme et son écosystème. Ainsi, nous souhaitons réfléchir à la mise sur pied d’un programme scolaire d’apprentissage afin de former de futurs techniciens; un programme essentiel à la survie de l’industrie du piano.

Depuis les dernières semaines, nous avons élaboré l’esquisse d’un premier projet-pilote afin de le présenter à votre Ministère et réfléchir ensemble à un potentiel partenariat d’enseignement. Nous regroupons les meilleurs experts de l’industrie, possédons l’espace et les équipements nécessaires afin de mener à terme une formation de ce type. Ceci dit, pour être attrayante, cette formation devrait être reconnue par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Il est important de mentionner que notre initiative est appuyée par de nombreuses personnalités publiques et entreprises de tous les horizons, notamment Gregory Charles, Gilles Vigneault, Yamaha Canada, Alain Lefèvre, Oliver Jones et Spectra.

Vous comprendrez que la finalité de nos démarches est de préserver notre savoir-faire et transmettre les meilleures techniques de l’industrie à de futurs diplômés.

Accompagné par l’équipe de Piano Esmonde White, nous serions ravis de discuter avec vous de l’intérêt pour l’industrie artistique et pour le Québec d’élaborer un projet-pilote afin d’assurer une formation de qualité à de futurs techniciens de piano.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments les meilleurs.