ÉNONCÉ DE VISION

     

Encouragez le retour salutaire d’un écosystème sain du piano.

L’industrie du piano est en crise et les effets se font ressentir. Des centaines d’emplois, à savoir les professeurs de piano, les musiciens de concert, les magasins, les techniciens et les accordeurs de piano sont tous menacés. La reconnaissance du problème représenterait déjà la moitié de la solution.

Nous vous invitons à lire le document ci-dessous pour prendre connaissance de la situation actuelle de l’écosystème du piano et à vous joindre à ce mouvement social qui vise à encourager le retour salutaire d’un écosystème sain.

   

Le piano fut inventé il y a 300 ans (1720). En 1820, il était présent dans la plupart des grands salons d’Europe et adopté parmi les compositeurs les plus célèbres d’Europe.

Au cours des 50 années suivantes (1820-1870) son évolution continuait, gagnant en popularité et en qualité. Il a sans doute été une des forces majeures de la révolution industrielle et a certainement fait partie des plus grandes industries mondiales. Selon certaines estimations, 20% des ingénieurs dans le monde travaillaient dans le milieu du piano.

Depuis lors, quasiment rien n’a changé à part les procédés de fabrication.

Avec l’émergence de la classe moyenne, le piano s’imposait partout. Suite à l’acquisition d’une habitation, l’achat d’un piano était souvent l’investissement le plus important d’une famille de classe moyenne. La chaîne moderne d’assemblage a été développée pour cet instrument et ce n’est pas Monsieur Ford qui l’a développée !

On comptait des milliers de fabricants à travers le monde. À Boston, en 1903, Chickering se vantait d’être à la tête de la deuxième plus grande usine aux États-Unis, ce qui équivalait certainement à une grande entreprise. Et pourtant, en 1985, la quasi totalité de la fabrication nord-américaine des pianos avait disparu. De nos jours, l’industrie s’est presque éteinte sur ce continent, alors qu’en Asie, elle représente toujours un grand secteur de la fabrication.

Mais que s’est-il passé ?

Devrions-nous nous en préoccuper ?

Est-il possible de ressusciter l’industrie ?

Le statu quo signe aussi bien le déclin de l’industrie que la pratique du piano